Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

Le samedi 9 janvier 2016 le Mouvement d'Action Sociale Sud-Ouest nettoyait les berges de la Garonne.

avantapres2.jpg


POUR UN ENVIRONNEMENT SAIN, LES FRANÇAIS NE PEUVENT COMPTER QUE SUR EUX MÊMES !

1541_1713129182235280_4672473130860400502_n.jpgCe Samedi 9 Janvier 2016, le Mouvement d'Action Sociale (MAS) a nettoyé une partie des berges du canal du Midi abandonnées par les pouvoirs publics qui n'y voient a priori aucun intérêt politique.
Nous sommes tous habitants du quartier et régulièrement, nous constatons que nos berges sont laissées à l'abandon pendant des semaines. Des montagnes de détritus s’accumulent dont certains (seringues usagées et kit de substitutions a l'héroïne utilisés) représentent un danger sanitaire immédiat tant pour les hommes que les animaux.
Nous refusons de voir notre quartier sombrer dans l'insalubrité, la délinquance et l'insécurité à cause des nombreux toxicomanes qui squattent les abords de la gare Matabiau et du Canal du Midi.
Nous refusons que notre quartier devienne une zone de non droit. Depuis trop longtemps, les municipalités de droite comme de gauche nous ont abandonnés.
Enfin, nous refusons de voir une partie de notre patrimoine local centenaire dégradé, souillé et abandonné par la mairie.


11037051_1713129085568623_8706194348722277276_n.jpgLibres, fiers de nos racines, amoureux de notre terre et au service de leur peuple, nous membres du Mouvement d'Action Sociale appelons tous les Toulousains conscient d’eux-mêmes et de la valeur inestimable de leur environnement et de leur patrimoine à s'organiser pour construire un futur sain aux enfants de leur quartier. Cette action n’est qu’un début ! Nous comptons maintenir notre présence tant que les services publics n'auront pas pris leurs responsabilités dans notre quartier.

 

 

PARCE QUE TON QUARTIER C'EST TA VIE, REPRENDS TON QUARTIER

avantapres.jpg

 

Soupe populaire

2.jpg


Soupe populaire, réflexe solidaire...

Les récentes baisses de température mettent les S.D.F. parisiens dans une insécurité de plus en plus grande. Face à ce constat, notre équipe de militants ne pouvait pas rester sans intervenir, malgré des moyens parfois trop déséquilibrés en comparaison de notre détermination.

4.jpgDimanche dernier nous avons préparé une excellente soupe chaude de légumes (et de saison !). Une fois prêts et la nuit venue, nous nous sommes installés dans une artère parisienne passante et très rapidement nous avons distribué les premières assiettes de soupes. Ce fut également l'occasion de distribuer des vêtements chauds, des colis de nourritures, de rencontrer et de discuter avec les Parisiens les plus démunis.

Sur place, quelques équipes de maraudes se sont constituées et se sont réparti les secteurs environnants, afin d'apporter aide matérielle et réconfort auprès de nos compatriotes dans le besoin.

 

 

3.jpgEn fin de soirée, une fois le matériel rangé et forts de cette expérience, nous nous sommes promis de revenir au plus vite. Notre expérience augmentant, nous croyons plus que jamais que face à la modernité froide et individualiste, notre devoir est l'entraide et la solidarité envers notre peuple.

 

 

 

A bientôt dans le réel,

L'équipe de SOLIDARITÉ POPULAIRE

03/12/2015

Compte-rendu de la maraude de Solidarité Populaire Bordeaux du 01/12/15

maraude bordeaux.jpg

Solidarité Populaire était dans les rues de Bordeaux le soir du 1er décembre afin de venir en aide aux sans-logis.

Au cours de cette soirée, notre maraude a pu distribuer des boissons chaudes, des biscuits, des produits d'hygiène et consacrer du temps à :

- David, 24 ans, de Pologne. Originaire de Poznan, il s'est fait voler ses affaires au cours d'un voyage sur Barcelone et depuis 6 jours fait la manche avec son camarade lituanien Lukas afin de se payer un billet de retour vers Hambourg, où ils résident.

- Lukas, 24 ans, de Lituanie. Le compagnon d'infortune de David.

- Une dame d'une cinquantaine d'année qui a refusé notre aide. Elle fait la manche pour se payer son logement.

- Philippe, 65 ans, de Bordeaux. Ancien ébéniste, militaire et convoyeur de catamarans dans les Antilles. Il est tombé tard dans la rue, à ses 60 ans. Il a élu domicile au 3ème sous-sol du parking de l'Athénée municipal. Il nous a très clairement expliqué sa vie dans la rue, les luttes de territoire, les difficultés quand on est un autochtone ne sachant par parler le roumain ou l'arabe, etc.

- Damien, 23 ans, de Bordeaux, et son compagnon à quatre pattes.

Solidarité Populaire – Bordeaux continuera à arpenter les rues de Bordeaux et a apporter son aide aux membres de notre communauté.